Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2016

15-16-17 juillet 2016

Marie a dormi avec moi cette nuit. Malgré l'épuisement, elle n'a que très peu dormi. Le réveil est difficile. Par habitude, je vais dans la chambre de Marie chercher Cirko pour le sortir. Tous nos repères sont perdus. On a l'impression de vivre un  cauchemar. On va bien finir par se réveiller et tout sera comme avant.

Mais non, les heures passent et le vide est bien là.

Dans l'après-midi, Marie se décide à l'écrire sur sa page Facebook. Elle a besoin de le dire mais elle a surtout besoin de soutien. Et il ne va pas tarder à arriver.

En fin d'après-midi, vers 17h, elle éprouve le besoin de sortir, tout comme elle le faisait pour emmener son loulou faire sa promenade. Elle va donc machinalement se diriger vers l'espace communal qui est derrière la maison, aller jusqu'à l'endroit ou il aimait faire ses besoins, puis faire trois fois le tour de la placette de retournement comme elle le faisait avec lui pour lui faire faire un peu d'exercice. Puis elle va rentrer à la maison. On dirait un zombie. 

Je tiens donc à remercier tous ceux et celles qui l'ont soutenu dans cette épreuve. Tous ceux et celles qui lui ont mis des mots gentils sur sa page Facebook mais aussi ceux qui ont pris des nouvelles par messages privés, par texto ou par téléphone (y compris dans les jours suivants). 

Et j'ai bien sûr, un remerciement plus spécifique pour certaines personnes (ses cousines Léa et Krystell, sa tata Chantal, son tonton Loïc et sa tata Isabelle, son tonton Jean-Yves, sa mémé Robin, ses amies Magdalena et Déborah ainsi que Cécile son orthophoniste).

Dimanche 17, Kévin et Alexandra nous ont invité à passer la journée chez eux. Marie a envie de les voir - et surtout guismo - mais en même temps, elle a un peu peur. 

En fin de matinée, nous prenons donc la route vers le Finistère. A notre arrivée, Guismo n'a pas vraiment de réaction. il nous regarde entrer dans la cour de la maison, semble hésiter un peu puis vient nous faire la fête. Par contre, tout au long du repas, il va se positionner là ou se positionnait Cirko, c'est-à-dire sur le côté ou derrière le fauteuil de Marie. Et lui qui aimait tant essayer de lui chiper les petites peluches attachées à son fauteuil n'y touchera pas. Avant de repartir, nous allons faire une balade dans le parc. Pour Marie, c'est douloureux mais elle sait qu'il faudra qu'elle passe par là un jour ou l'autre. Pourtant, Kévin a beau lancer sa balle à Guismo, il revient toujours auprès de Marie, comme si il ressentait qu'elle avait mal.

 

12:07 Écrit par La Présidente | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.